1# Voyage en Europe J-93 jours

by
published on

Les préparatifs

Il reste donc 93 jours avant mon départ, si l'armée le veut bien, enfin moi je le veux.

J'avoue m'y prendre un peu au dernier moment pour certaines démarches, notamment pour mon appartement, mes assurances, et tout ce qui va avec, c'est notamment dû à une période de stress intense ces deux derniers mois, que je n'ai pas tout à fait su gérer.

Il me faut donc m'occuper de (ceci est une liste de rappels pour moi-même):

  • Liquider mon appartement
    • Accessoirement le vider (on me dit qu'il y a du boulot)
  • Stopper mes assurances
  • Révoquer différents contrats
  • Stopper mon contrat Internet
  • Pleins de choses encore

Ce qui est déjà fait:

  • Trouver un pensionnat pour mon chat <3
  • Définir la fin de mon contrat de travail
  • De quoi recharger mes bidules électroniques en voyage
  • Non, la liste s'arrête là... :P

Les buts implicites de ce voyage

Souvent quand je discute avec les gens, iels me demandent où je vais, quel tracé je prévois et la date de mon départ, puis je rajoute que je pars 7 mois, ce qui impressionne vite. Mais derrière ce que je ne dis pas se cache certains non-dit que je vous partage à présent.

J'essaie d'être écolo dans tous mes actes et décisions, on le sait bla bla le réchauffement climatique toussa, alors oui, j'ai un serveur chez moi qui tourne H24 (je ne peux pas produire ma propre énergie), mais pour moi il était exclu de prendre l'avion pour ce voyage, niet, je l'ai déjà pris plusieurs fois à destination de l'Angleterre, et pour tout vous avouer, je déteste les contrôles d'aéroport (#MoiEtLaSurveillance), j'adore le décollage, et j'angoisse à l'atterissage (fortes douleurs aux sinus), et ça pollue. J'ai vendu ma voiture, je fais mes trajets en transports publics, j'essaie de réduire au mieux mes déchets, etc.

 

J'ai donc prévu mon voyage à pied et en stop, alors à pied je vais être vite limité pour parcourir l'Europe, j'ai donc fait un compromis, celui de rentabiliser ce liquide noir tout droit sorti du fond des océans, que l'on fait brûler dans nos engins à pot d'échappement, je vais donc occuper un siège dans un habitacle métallique dont il n'y en a qu'un en principe qui est occupé, mais ça c'est pour la voiture, pour moi le stop ne se limite pas à cela, je peux faire du bateau-stop ou tout autre moyen-de-transport-stop. Voilà donc mes moyens de transport, bien que j'aurai pu opter pour le vélo, celui-ci est un peu en contradiction avec ce qui va suivre.

Un autre aspect est celui de rencontrer des gens, ce n'est pas que je me sente seul, bien au contraire, mais j'ai envie de croiser d'autres cultures, d'autres langues et d'autres manières de vivre, c'est important pour moi, je ne sais pas pourquoi mais ma vie est ainsi, cela provient peut-être un besoin d'attention, qui sait, je vous laisse le bénéfice du doute. :)

Il y a aussi le côté aventureux, se débrouiller par soi-même, et vivre en pleine nature, j'ai toujours aimé ça mais j'ai chaque fois manqué d'occasion, soit parce que mes ex n'aimaient pas bouger, soit parce que je ne le pouvais pas, alors c'est maintenant l'occasion de partir à l'aventure, de vivre ce que ce voyage me réservera, et aussi pouvoir avancer seul, sans devoir penser au lendemain, m'affranchir de toute barrière. Dit comme ça, ça ressemble à celleux qui veulent partir sur une île déserte pour ne jamais revenir, mais je reviendrai, enfin peut-être, laissons du doute, ça vaut mieux en ces temps incertains.

Puis avec le côté aventureux, j'aspire aussi à revenir à un mode de vie différent, un peu comme avant où l'on produisait sa propre nourriture (contrairement à aujourd'hui où on ne se soucie plus de ça), où l'on avait une petite ferme et on ne devait rien à personne, je me dis que certains aspects de mon voyage me donneront certains savoirs pour obtenir ce mode de vie à mon retour. J'aimerai bien faire une transition écologique, tout en ne devant pas me séparer entièrement de mon cercle social pour y arriver, mais ici c'est compliqué.

Alors, en conclusion, c'est un road trip, en mode backpacker, à la roots, comme on en fait plus. Allez, bisous.